Collectif Parlee Cycles

Quite the contrary of a bike bum.

(Version français plus bas)

Quite the contrary of being a bike bum, I work full time as a mechanical engineer at Robotiq. However, I still manage to train on average 12 hours a week and to perform as well as I expect. Personally, I would say that, finding a balance between work and sport is complementary. Meaning that I have professional and athletic drives that pushes me towards performances as much as an engineer than as athlete. And if lets say that one day I lack motivation on my bike, well I find consolation at work or vice versa.

I recall times when people tell me how lucky I am to be able to train and ride my bike for such an amount of time. Well maybe this doesn’t happen miraculously. I am not some sort of supernatural; in my 24hours/day, I sleep for 8, work for 8 and still manage to workout between at least 1-2hours. In fact, I believe that I create my opportunities through time management and that I work hard to achieve my goals.

Here are 7 tips on how I manage to work full time and train for 10-15 hours a week.

  1. Get a flexible schedule

First, I have a great employer that allows me to manage my schedule pretty much as I want and I am grateful for that. Having a flexible schedule is a major input in a successful training plan. Most importantly, my boss allows us to develop and succeed in our social lives and at work. Precisely, he has understood that by giving employees latitude and by letting us be ourselves, we are happier; perform better, which leads to terrific productivity.

  1. Get a coach

Choose a coach that can understand your reality and that will not give you a 4 hours ride on Tuesday. Creating fatigue and recovering from it is the essence of training in order to improve its fitness. But be careful, working plus training equal fatigue if not resting properly. In a descent training program, there is planned times for fatigue and others when you are not supposed to be dog-tired. Besides, you are probably the worst person to listen to especially when exhausted. As a matter of fact, a coach is more aware of fatigue signs and will most likely give you better training tips and feedbacks that you can ever get by yourself.

Also, try to keep weekdays short and more intense. Otherwise, weekends are perfect for long endurance rides. Sarah calls them “weekend’s shock”; it seems to be really popular in trail running and works fine for people with our reality.

  1. Optimize your day

Work like if you were racing! “À BLOC, To the Pine” ! Organize your day to be the most efficient. Prioritize things you want to accomplish within the day and schedule your time for maximum impact. For examples, take small lunch break, find a way to be focus to the maximum during the day and upload your Strava sh%$ before going to work.

According to a performance expert Tony Schwartz, our body is programmed to go from state of alertness to fatigue every 90 minutes. Moreover, in a famous study Professor K. Anders Ericsson noted that the best elite performers practice three uninterrupted sessions of 90mins throughout the day and start in the morning. Thus, I tend to break my 8 hours workday into intervals. Meaning that I try to never work on a project for more than four and a half hours a day. Instead, I divide tasks into 90-minute intervals and take pauses of 20-30 minutes after each 90-minute interval. Besides, I spend the afternoon doing less demanding work such as answering e-mails.

Typical training for Mathos: I wake up at 5:30 am, get on my bike at 6:30, ride or do a specific workout until 8:00-8:30, leave at 9:00 and get at the office for 9:30. I eat my recovering snack and drink another coffee on my way to work. Once I am at my office, I am good to go for the day.

Sarah works on a standing desk. It makes her feel more energized and productive. Cautious, it’s a bit like training for a marathon; you don’t go from running zero kilometers to 42 overnight. If you want to try it, make sure it is well adapted to you size and increase progressively the time of utilization…

  1. Eat well/sleep well

Just eat well. Simply eat fresh, non-processed food with a variety of veggies and fruits, carbs and a bit of protein. Couple years ago, I discovered the cookbook series “FeedZone” and it had influenced my diet. It essence, it is full of advices and strategies to find the best out of your food for trainings and racing. Dr. Allen Lim and Biju Thomas are the principal chiefs who put their effort together to make these cookbooks. They work with pro-cyclists and share their energy-pack, wholesome recipes that they gave during pro-tour and tour the France.

Oh and drink a lot, tea is good way to get hydrated during the day. Sarah and I love carbonated water, and we just bought a sodastream couple weeks ago, it helps us to stay hydrated.
On the caffeine side of thing, if you are starting to need more coffee than usual during your working day, you may need a bit of rest, just sayin’. Personally, I drink Kicking Horse decaf on working days and the Kick ass on the weekends when I have big trainings and races.

Sleep has a massive importance in your productivity. Thus, get enough sleep. There is no one size fit all formula for the amount and quality of sleep you need for optimal productivity, time management and performance. For my part, I know that less than 6 hours per night will substantially decrease my productivity. Get to know yourself. Moreover, ever had a dip in the afternoon sometime after lunch? You’re not alone! According to your circadian rhythm (24-hour sleep-wake cycle) you get a dip in the afternoon depending on your sleep cycle. To avoid them, the best way is to take a nap during the day. The benefits of daytime naps are many; among others it increase alertness, reduce stress and improve perception. According to Tony Schwartz a nap of 20-30 minutes is ideal to increase. On the other hand, napping is hard to do at the office, but even a moment with closed eyes is better than nothing.

5. Play hard, rest harder

Simply follow your plan; train as hard as you can when you have to and stay cool when you have an easy ride scheduled. Because I have hard time controlling myself, I tend to choose my training partners depending on when I am looking for a tough ride (hey guys from Collective Parlee) or if I am laidback (my girfriend).

Also, don’t think about going out and partying when having a regular working schedule and a decent training program. If you review your priorities, you may want to go to bed early.

  1. Is this training really worth it?

If you have more disadvantages than advantages of doing this training, just don’t do it. Turn away the feeling of culpability because it really doesn’t worth it. To picture this, let’s say for example you have a cough and that it’s 5 degree Celcius out, raining cats and dogs, and you have a 4h endurance ride scheduled. What would you do? I would say: change your plan, stay at home and spin on the roller for an hour (or more). In the long run, it is better for you. You will gratify yourself for not being sick or injured on that very particular racing day, because you’d had listened to your body when you needed to.

  1. You only have one body

This is a feedback from my actual coach. The essential idea here is that you don’t have a working body and another training body. In fact, there is a certain amount of energy that you can get in a day. If you are going to use it all on your bike, fine, but don’t expect to be effective at work. Above all, if you are having a busy week at work, take more rest days and shorten your training week. On the other hand, take the advantage of having an easy week; mention it to your coach so he can schedule some harder workouts.

Besides, keep track of your fatigue and don’t be nuts about it. You are doing it for fun, keep that in mind; you don’t want to mess up everything for a couple of trainings that were just too much.

If you have more questions, I would be glad to help you out or at least point you in the right direction.

www.gofundme.com/saroulemathos

Mathieu Bélanger-Barrette

mathieu.belanger.b@gmail.com

IG : @mathbelangerb

___________________________________________________

L’entrainement en travaillant 40 heures par semaine

En tant qu’ingénieur mécanique chez Robotiq, je ne corresponds pas à la définition du « bike bum ». En vérité, je travaille à temps plein et pousse des watts dans mes temps libres. Avec les années, j’ai réussi à trouver « mon » équilibre entre l’entrainement, les courses et le travail si bien que c’est devenu une habitude. Malgré le fait que mon mode de vie soit occupé, il est sain, sans quoi je ne performerais pas aux meilleurs de mes attentes (rivalisant parfois contre des pros).

Je reçois souvent des commentaires comme quoi je suis chanceux de pouvoir rouler aussi souvent. À vrai dire, ça ne se fait pas par chance, de façon fortuite; ça demande de la gestion de temps et de la discipline. Par ailleurs, je ne suis pas « super naturel »; je travaille 8 heures, en dors 8 autres et réussi à trouver le temps pour m’entrainer entre 1-2 heures par jour.  Autrement dit, je crois que je créé mes opportunités en gérant bien mon temps et que je travaille fort pour arriver à mes fins.

Voici 7 points que je partage pour tout travailleur à temps plein qui désire s’entrainer pour performer.

1. Avoir un horaire flexible

Premièrement, j’ai un employeur qui me permet de gérer mon horaire de travail comme bon me le semble et je lui en suis reconnaissant. En fait, mon patron a compris qu’en nous permettant de se développer et d’avoir du succès autant au travail que dans nos vies sociales, nous sommes plus enthousiastes au boulot. Et compte tenu de ce qui précède, la productivité d’entreprise est augmentée. Ainsi, mon horaire flexible rend mon programme d’entrainement prolifique et ma motivation au travail est inégalée « To the Pine »!

2. Avoir un entraineur

Procurez vous un entraineur qui comprend la réalité du travailleur-athlète et qui bâtit un programme d’entrainement en conséquence. Par exemple, faire une sortie d’endurance de 4 heures un beau mardi n’est pas vraiment réaliste. Par ailleurs, je conseille de garder les entrainements de la semaine cours et intenses. Autrement, les fins de semaines sont idéales pour faire des longues sorties. Sarah les appelle « weekend shock »; un terme populaire en course en sentier qui semble bien fonctionner pour les personnes ayant la même réalité que nous.

Aussi, si vous avez une semaine chargée au travail, faites en mention à votre entraineur pour qu’il prévoie des entrainements en conséquences. À l’inverse, prenez avantage d’une semaine plus facile au travail pour monter le millage et créer de la fatigue dans un cycle prévu. Dans le même ordre d’idée, un entraineur est souvent meilleur que soi-même pour reconnaitre les signes et les symptômes de fatigue précoce et sera certainement un bon guide pour donner des conseils et une rétrospective constructive.

3. Optimiser ses journées

Travaillez de la même manière que vous faites vos courses : « À bloc ! ». Arrangez votre journée pour qu’elle soit la plus efficace possible en priorisant les choses que vous voulez accomplir et en organisant vos plages horaire pour qu’elles soient fonctionnelles. Prenez une pause pour diner plutôt courte, évitez les pertes de temps de type « mémèrage » avec les autres employés et  trouvez une façon d’être concentré lorsque vous accomplissez des tâches ardues. N.B. Téléchargez vos segments strava avant d’aller au boulot.

J’essaie le plus possible de diviser ma journée de 8 heures au travail en « intervalles ». En fait, je tente de ne pas travailler plus de 4 heures sur un même projet. Plutôt, je divise mes tâches en intervalles de 90 minutes suivies de pauses de 20-30 minutes. Ensuite, je prends ma fin d’après-midi pour effectuer des trucs qui demandent moins de concentration, comme répondre à des e-mails.

Journée typique de Mathos : Je me réveille à 5:30, j’embarque sur mon vélo à 6:30, roule ou fais un entrainement spécifique jusqu’à 8:00-8:30, pars de la maison à 9:00 et arrive au boulot à 9:30. Je mange une collation et bois un autre café sur le chemin. Une fois au travail, je suis fin prêt pour attaquer la journée.

4. Bien manger/bien dormir

Essayez de manger des aliments frais, non transformés avec une variété de fruits et de légumes, de glucides et un peu de protéines. Il y a quelques années, j’ai découvert la série de livres de recettes de « FeedZone » et ça a influencé ma diète. Brièvement, c’est écris par le Dr. Allen Lim et Biju Thomas qui y partagent les recettes servies aux cyclistes professionnels qui roulent sur le Tour de France et le Pro-Tour.

Aussi, buvez beaucoup d’eau! Le thé est une bonne façon de s’hydrater durant la journée. Sarah et moi avons un faible pour l’eau avec des bulles et nous nous sommes procurés une « sodastream » il y a quelques semaines! « It’s a must! »

Pour ce qui est de la caféine, si vous remarquez que vous avez besoin d’une plus grande consommation pour rester éveillé, vous devez avoir besoin d’un peu plus de repos. Personnellement, je bois du Kicking Horse décaféiné les journées de travail et du kick Ass les fins de semaines lorsque j’ai de gros trainings et des courses.

Le sommeil est nécessaire pour être fonctionnel et pour récupérer. Donc, il est important de dormir suffisamment d’heures pour demeurer productif. Aussi, ne pensez pas pouvoir sortir tard. En revoyant vos priorités, force est d’admettre que vous devriez vous coucher tôt. Et pour éviter les endormitoires en après-midi, la meilleure façon est de faire une sieste. D’un autre côté, ce peut-être mal vu au travail, mais le fait de fermer les yeux juste quelques instant est mieux que rien… Tentez l’expérience.

5. Respecter ses zones d’entraînement

Faites vos intervalles et vos courses aux maximum de vos capacités et respecter vos repos actifs. Personnellement, j’ai de la difficulté à me contrôler. Donc, je choisi mes partenaires d’entrainement en fonction de ce que j’ai de prévu. Par exemple, je vais avec la gang du Collectif Parlee lorsque je veux faire une sortie plus difficile et avec ma blonde lorsque je veux aller molo.

6. Est-ce que cet entrainement en vaut vraiment la peine?

Si vous avez plus de désavantages que d’avantages à faire un entrainement particulier, ne le faites tout simplement pas. Repoussez votre sentiment de culpabilité parce que ça ne vaut vraiment pas la peine. Par exemple, supposons que vous avez un rhume, qu’il fasse 5 degrés celcius dehors, qu’il pleuve à en boire debout et que vous étiez supposés faire une sortie de 4 heures. Que feriez vous ? Je dirais : soyez plus intelligent et changer vos plans, restez à la maison et faites une « spin » sur le rouleau pour une heure ou plus. À long terme, vous vous féliciterez pour ne pas avoir empiré votre condition et ne pas être malade ou blessé le jour de la compétition.

7. Vous avez seulement un corps

Ceci est un conseil de mon entraineur actuel. Essentiellement, le message est que nous n’avons pas un corps pour le travail et un autre pour l’entrainement. En fait, il y a une quantité limitée d’énergie que l’on peut dépenser dans une journée et si vous comptez la dépenser sur votre bicycle, c’est correct, mais n’ayez pas de grande aspiration pour votre journée au travail.

Gardez en note :

Le principe fondamental de l’entrainement est de créer une fatigue et de récupérer pour devenir plus endurant ou plus fort. Ainsi, dans tous programmes d’entrainement moindrement adéquats il y a une périodicité, c’est-à-dire une planification sous forme de cycles progressifs dont le but est d’atteindre un pic de forme au moment désiré en jouant sur l’effet de la surcompensation. Ceci étant dit, comparativement à un athlète à temps plein, le travailleur-athlète a moins de temps libre pour faire attention aux petits détails qui permettent de bien se rétablir.  Donc, il est plus facilement enclin à vivre un surmenage, surtout s’il ne reconnait pas bien les signes et symptômes de la fatigue excessive. Donc, portez attention aux signes de fatigue mais ne capoter pas à propos de ceux-ci. Gardez en tête que ce que vous faites, vous le faites pour le fun et que vous ne voulez pas gâcher d’autres aspects de votre vie bien plus importants pour quelques entrainements qui sont parfois de trop.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me contacter, ça me ferait plaisir de vous faire des suggestions pour vous aidez à demeurer sur le droit chemin. 

www.gofundme.com/saroulemathos

Mathieu Bélanger-Barrette

mathieu.belanger.b@gmail.com

IG : @mathbelangerb

Back to Home
  • Logo w bob head   copie
  • Easton

Propulsé par Medalist